Fortes pluies : nouveau risque d'inondation entre Aude et Roussillon
Fortes pluies : nouveau risque d'inondation entre Aude et Roussillon dimanche 18 novembre 2018

Un nouvel épisode de fortes pluies est en cours pour cette journée de dimanche sur les Pyrénées-Orientales...

d'actualités

Chronique 1880-1889

Repères historiques


Evènements météo marquants

La débâcle des fleuves du mois de Janvier 1880 : Après un mois de décembre 1879 particulièrement froid, un redoux spectaculaire se produit au début du mois de janvier 1880. Ceci a des conséquences désastreuses car après un mois complet de gel, c’est la débâcle de tous les cours d’eau. De véritables banquises sont alors observées notamment sur la Loire et des glaçons de plus d’un mètre d’épaisseur provoquent des dégâts considérables en se déplaçant sur le rivage. On observa le même phénomène sur la Seine et à Paris, le pont des Invalides est emporté. Ce phénomène est très connu des pays nordiques au printemps.


Redoux de début janvier 1880, après la vague de froid de décembre 1879 - Débâcle de la Seine - aspect du pont des Invalides emporté le 3 janvier 




La Seine encore gelée après la vague de froid de décembre 1879, au début du mois de janvier 1880


IDEM



Redoux de début janvier 1880, après la vague de froid de décembre 1879 - Débâcle de la Loire - aspect des glaçons










Embâcle de la Loire dans le Maine-et-Loire (archives AD49)


Orages des 13, 16 et 17 juillet 1880


Les violents orages de la mi-juillet 1880 vers Rhodez et en Normandie

La vague de chaleur du mois de juillet 1881 : Pendant plus de deux semaines, les températures atteignent des niveaux exceptionnels : 38°5 à Paris, 39° à Nantes, 40°5 à Toulouse et Perpignan, 41° à Montpellier.


Les tempêtes et les inondations du 27 au 29 octobre 1882 : Des ponts et des voies ferrées sont emportées notamment dans le sud de la France. Les dégâts sont très importants sur la Côte d?Azur. La Durance enregistre sa crue la plus forte du 19ième siècle. Le vents et les vagues provoquent également de gros dégâts sur le littoral aquitain.


Les inondations du début décembre 1882 : Ces crues concernent la Normandie, le Nord, la Saône et le Doubs. Pour la première fois, les désastres sont conjurés aux personnes grâce aux renseignements télégraphiques.

L’été exceptionnel de l’année 1884 : Les mois de juillet et août sont très chauds sur absolument toute la France. La chaleur est constante mais n’atteint pas de niveaux records. On dépasse presque partout les 35° à l’ombre entre le 7 et le 10 août.

La tempête du 27 décembre 1886


23 février 1887 : tremblement de terre en Ligurie. Le séisme a affecté une population totale de 80 000 habitants, causant pour la seule Ligurie (Italie) 635 morts et 555 blessés, mais aussi 8 morts et 51 blessés dans les Alpes-Maritimes ainsi qu'un mort dans les Alpes-de-Haute-Provence.


Tremblement de terre du 23 février 1887 à Menton

L’été très frais de l’année 1888 : Les 9, 10 et 12 juillet, la températures ne dépasse pas les 12° dans le nord-ouest de la France et des chutes de neige sont même signalées dans plusieurs stations de Grande Bretagne et de Belgique (5°C sous les averses à Bruxelles et 2cm de neige à la Baraque Michel, dans les Hautes-Fagnes) - On signalera aussi, ce 12 juillet, de la neige à Dison (Verviers), à Spa et à Malmedy, mais sous forme fondante. article ici >>>

Compte tenu de l’immense travail réalisé pour permettre à cette chronique d’être mise en ligne gratuitement à disposition des internautes, il paraît logique que vous lui apportiez un minimum de soutien - merci d’avance Guillaume Séchet